Le Copyleft

L'économie du don

Vous le savez, on peut aujourd'hui trouver des choses fantastiques et totalement gratuites sur Internet : des logiciels libres dont le représentant le plus visible est certainement le système d'exploitation Linux, mais sans oublier la suite bureautique OpenOffice, le navigateur Firefox, le logiciel de messagerie Thunderbird et, pour rester plus proche du domaine de la photo qui nous occupe ici, le logiciel de retouche d'images The Gimp. Je pourrais continuer à en citer ainsi pendant des heures, mais il y a aussi des livres tombés dans le domaine public et qui ont été numérisés, des améliorations ou des extensions de jeux commerciaux et une encyclopédie à laquelle chacun peut contribuer (la fameuse Wikipedia). Certains blogs ne sont pas loin de devenir des organes d'information hyper-spécialisés et des «WikiJournaux» qui seraient constitués des contributions de différents internautes, journalistes d'un jour, ne sont peut-être pas si loin. Plus important encore, vous trouverez des milliers de tutoriels qui vous expliqueront comment réaliser vous-même telle ou telle chose, vous communiquant l'expérience de leurs rédacteurs, ainsi que des groupes de discussion où vous pourrez faire part de vos difficultés dans une multitude de domaines et obtenir de l'aide.

D'où vient donc cette abondance et cette gratuité ? En fait, tout ce qui peut être numérisé : textes, images, sons, vidéos, logiciels, données, peut être diffusé et dupliqué massivement et pratiquement sans coût sur Internet. A partir de cette facilité a été «réinventée» une économie qui existait déjà dans d'autres domaines, comme le domaine scientifique, ou dans d'autres temps et d'autres lieux, comme dans certaines tribus des îles du Pacifique, et qui est radicalement différente du capitalisme libéral que nous connaissons tous : l'économie du don. Une économie où les contributeurs, dont les moyens d'existence sont ailleurs, sont considérés par la communauté non parce qu'ils ont accumulé un maximum de biens mais parce qu'ils ont donné un maximum de biens à cette communauté. Même si ce modèle est difficilement généralisable en l'état, il apporte une agréable sensation de fraîcheur au milieu de l'omniprésence de la recherche du profit qui est la règle par ailleurs, et qui régit notre vie.

Et la photo dans tout ça ?

Il est bien sûr normal que des personnes qui vivent (ou tentent de vivre) de leurs photographies soient rémunérées pour leurs oeuvres. Mais pour des photographes amateurs dont les moyens d'existence sont ailleurs, et quelle que soit la qualité de leur travail, pourquoi ne pas envisager de faire don à la communauté de leurs photographies ? Que ce soit grâce à la numérisation de photos argentiques avec un scanner ou par l'utilisation d'un appareil numérique, une photo n'est aujourd'hui plus qu'un fichier informatique qui peut facilement, et pratiquement gratuitement, être diffusé, dupliqué, stocké et échangé à travers Internet. A partir de ce fichier, n'importe qui peut commander un tirage dans un laboratoire en ligne, le transformer en fond d'écran, l'utiliser pour illustrer un article ou même l'inclure dans un montage ou le retoucher pour donner à l'oeuvre originale une autre dimension grâce à ses propres talents dans ce domaine.

L'auteur originel de la photo, n'aura rien perdu pour autant, c'est la magie du numérique : on peut donner sans se déposséder soi-même ! Il n'aura pas pas gagné d'espèces sonnantes et trébuchantes mais aura gagné la considération des personnes qui bénéficieront de ses largesses. Ce sera pour lui le moyen de participer à l'abondance du Net et de rétribuer ainsi, d'une certaine manière, tous ceux qui n'ont épargné ni leur temps ni leurs efforts pour créer ces logiciels gratuits ou donner des conseils sur les forums. Si vous êtes photographe et que l'idée de donner les originaux de vos images vous hérisse toujours, dites vous que la qualité de vos productions dépend autant de la qualité de vos prises de vues et de votre inspiration que de la beauté du sujet que vous avez photographié. Et ce sujet ne vous a pas demandé d'argent, lui. Aurez-vous donc le coeur de vendre une oeuvre qui ne vous appartient finalement que très partiellement ? Là, nous avons ce que l'on appelle une «déclaration polémique», et je serais surpris qu'elle ne me vaille pas du courrier !

D'une manière pratique, cela signifie que vous pouvez utiliser les photos de ce site comme vous le souhaitez (pour des utilisations non commerciales, il ne manquerait plus que vous fassiez du fric avec quelque chose que je donne !), vous pouvez les modifier et/ou les redistribuer selon les termes d'un contrat Creative Commons.

Creative Commons License

L'espace de stockage dont je dispose ne me permet pas de mettre à votre disposition directement les originaux de ces images dans leur pleine résolution, mais vous pourrez les trouver sur le site Flickr (soit dit en passant, un excellent site qui vous permet de partager vos propres photos ou d'accéder à une quantité énorme de photos dont certaines sont aussi utilisables sous contrat Creative Commons).

Dernière mise à jour le jeudi 1er Juin 2017. Copyleft Franck Zecchin 2017.